video

Young Paris : le hip hop africain débarque aux US

young paris

Coup de projo sur l’univers du Franco-congolais installé à New York, Young Paris : petit protégé de Jay-Z.

Peinture blanche traditionnelle congolaise sur le visage, costume sapologique, bijoux bling-bling associés à des bracelets en perles, Milandou Badila, a.k.a Young Paris, insuffle un vent d’african swag dans le game outre-Atlantique. Né à Paris de parents congolais, il est aujourd’hui basé à New York City. C’est après une prestation remarquée lors de l’édition parisienne du festival Afropunk en juin 2016 qu’il se distingue et intègre l’écurie Roc Nation fondée par Jay-Z.

Une aubaine qui lui permet de publier sa première mixtape, African Vogue, sur la plateforme culturelle underground, The Fader. Young Paris aime à jouer avec les nouveaux codes du cool de la scène pop contemporaine : récupération de l’imaginaire séculaire afro, musique crossover puisant autant dans les références indie que dans les gimmicks mainstream – hip hop dopé au vocodeur et house vintage aux accents afro beat – et ambivalence des genres à l’instar de quelques-uns de ses homologues, Lil Uzi Vert et Mykki Blanco et leur univers masculin-féminin.

Young Paris accompagne sa livraison de quelques extraits vidéos, avec entre autres « The Haus », un clip léché en noir et blanc convoquant l’artwork de la vidéo « Sorry » de Beyoncé, pourtant postérieure. Précurseur, Young Paris a également su s’entourer du producteur américain Ben Bronfman, ex-époux de M.I.A, le temps d’un featuring sur « Best of Me », sans doute la meilleure piste de l’artiste.

Surfant sur le mouvement « pro-black », il est à l’origine du désormais culte hashtag #MelaninMonday, qui donnera naissance au Tumblr Melanin et à la marque éponyme. Et enfin, à la plateforme culture et lifestyle, Melinated, en août 2016 visant à promouvoir la beauté de la diversité.