video

[Salon Boucles d’Ebène] 4 questions à Rokhaya Diallo

rokhaya diallo

A l’occasion du Salon Boucles d’Ebène qui s’est tenu les 27 et 28 mai derniers, la rédaction a assisté à la conférence sur la peau noire et les cheveux afro emmenée par Rokhaya Diallo.

C’est au Salon Boucles d’Ebène hébergé pour sa 6e édition à la Cité des Sciences et de l’Industrie, à Paris, que la rédaction a assisté à la conférence sur « la Perception de la peau et du cheveu noirs dans la société française » modérée par la militante et auteure du livre Afro, Rokhaya Diallo.

Parmi les speakers, Amandine Gay, afro-féministe et réalisatrice du documentaire Ouvrir la Voix, dans lequel elle donne la parole à 24 femmes afrodescendantes basées à Paris. Lesquelles livrent leur expérience en tant que femmes racisées dans une société à dominante blanche : « La couleur claire est associée à la beauté mais aussi à la réussite sociale. Même au sein de la communauté afro, on utilise un vocabulaire esclavagiste qui crée une hiérarchie raciale » a avoué Amandine Gay lors de la conférence.

Julie Vainqueur, membre de la l’association créée à Sciences Po, Sciences Curls – un projet qui vise à encourager les discussions autour du cheveu dit « texturé », qu’il soit crépu, frisé, bouclé ou ondulé – a également apporté ses éclairages sur la représentation du cheveu naturel : « A Science Po, l’une des plus grandes écoles de Paris, on construit des individus mais aussi les futurs dirigeants. On amène donc à se demander si le cheveu afro pose problème et on amène à changer les perceptions durant nos conférences », a précisé l’étudiante de 26 ans en communication et relations internationales.

Sans oublier, Aboubakar Traoré : un steward d’Air France mis à pied par la compagnie aérienne en raison de coiffures jugées non conformes aux codes du travail. Parce que, face aux canons esthétiques, les hommes afrodescendants ont aussi leur lot d’expériences discriminatoires.

Nous en avons profité pour poser quatre questions à Rokhaya Diallo après la conférence, dont une partie du contenu est disponible sur notre page Facebook.