article

Dieynaba Sidibe, la première femme graffeuse au Sénégal

dieynaba sidibe première femme greffeuse sénégal

Cette jeune sénégalaise a mis son talent de graffeuse au service de la défense des droits des femmes. Un combat qu’elle mène au quotidien.

En devenant la première femme graffeuse au Sénégal, Dieynaba Sidibe, 27 ans, participe activement au changement des mentalités au regard de la place de la femme dans la société de l’Afrique subsaharienne.

Un combat qui a commencé chez elle

Passionnée de peinture depuis son jeune âge, Dieynaba Sidibe n’a pas mis longtemps à se convertir à cette discipline. Petite, elle achetait ses fournitures avec son propre argent de poche. Or, cette passion n’était pas du goût de ses parents, en particulier de sa mère qui rêvait de la voir devenir docteur. Si bien qu’un jour, elle jeta toutes les peintures de sa fille.

C’est en 2008, à l’âge de 18 ans, que Dieynaba Sidibe se tourne vers l’art du graffiti. « J’ai commencé à peindre des graffitis en 2008 car je trouvais que je pouvais mieux m’exprimer sur un mur, plus spacieux qu’un canevas » a-t-elle déclaré au webzine One.

dieynaba sidibe première femme greffeuse sénégal
© Pinterest

Elle s’est tournée vers une association de quartier

Pour se former correctement à l’art du graffiti, Dieynaba Sidibe est allée à la rencontre de Babacar Niang, alias Rapper Matador, président du Centre Africulturban de Dakar. « C’était un peu surprenant parce que c’est une femme, a-t-il expliqué dans One. Après 20 ans, les seules femmes que l’on a eu ici étaient intéressées par le rap, et elle, elle l’était également par le graffiti. Je pense qu’elle peut apporter des choses nouvelles dans la culture hip-hop ».

Cette association pour la promotion artistique et sociale, située dans le quartier de Pikine au cœur de Dakar, est devenue son quartier général. Il faut s’y perdre pour la rencontrer.

dieynaba sidibe première femme greffeuse sénégal
© Pinterest

Son art, une arme pour la défense des droits des femmes

C’est sous le pseudonyme de Zienixx que Dieynaba Sidibe peint les rues de Pikine. Pour elle, l’art du graffiti plus que celui de la peinture, est une manière de s’exprimer sur les problèmes sociaux. Avec ses graffitis, elle prône l’indépendance de la femme africaine et donne à réfléchir sur la place et le rôle qu’elle tient dans la société de l’Afrique subsaharienne. Elle espère participer au changement des mentalités et mener son combat aussi loin que possible.

Mais son militantisme ne s’arrête pas qu’aux droits des femmes. Dieynaba Sidibe est très concernée par les questions environnementales. En effet, avant de peindre un mur, l’artiste le nettoie. « On laisse derrière nous de merveilleux tableaux avec des couleurs vives, mais aussi on incite indirectement les gens à préserver la propreté de leur quartier » a-t-elle expliqué à l’Agence Marocaine de Presse.

dieynaba sidibe première femme greffeuse sénégal
© Pinterest

Une femme aux multiples talents

Si Dieynaba Sidibe est une graffeuse aujourd’hui reconnue, elle n’en oublie pas pour autant son autre passion : le hip-hop. Avec son collègue Sall Nagari, elle crée un groupe musical en 2008 : Le Duo. Au travers de leurs textes, les deux artistes tendent à attirer l’attention sur les problèmes mondiaux et la vie des Africains. Un album est prévu cette année.

dieynaba sidibe première femme greffeuse sénégal
© Pinterest