video

5 choses à savoir sur Alice Walker : la première femme noire à remporter le prix Pulitzer

Féministe, écrivaine et militante américaine, découvrez 5 choses à savoir sur Alice Walker !

Personne n’aurait imaginé cette fille originaire d’une ville de l’État de Géorgie devenir la première écrivaine noire à être récompensée d’un prix Pulitzer. Née en 1944 dans une famille paysanne, Alice Walker a étudié à l’université de Spelman avant d’être diplômée de la prestigieuse Sarah Lawrence à New York en 1965. Cette année-là, elle écrit son premier recueil de poésie.

Connue pour ses romans, essais et nouvelles tournés vers la violence, le sexisme et le racisme dont sont victimes les femmes noires, Alice Walker s’illustre comme une figure de la littérature américaine.  En 2013, « Alice Walker : Beauty in Truth » – un premier documentaire retraçant sa vie – est réalisé par Pratibha Parmar. Découvrez 5 choses à savoir sur elle !

A 8 ans, elle devient aveugle

C’est ce malheur qui a développé son sens de l’observation et son amour pour l’écriture. Un jour, alors qu’elle jouait avec ses deux grands frères, elle est accidentellement blessée à l’œil droit par un pistolet à plomb. Son comportement change brusquement à cause de la cicatrice – bien apparente – qui lui fait perdre toute confiance en elle. La petite fille bavarde et sociable devient solitaire et se renferme dans l’écriture.  La blessure a pris six ans pour cicatriser.

 Elle remporte le prix Pulitzer grâce à son troisième roman The Color Purple (1982)

Après The Third Life of Grange Copeland (1970) et Meridian (1976), Alice Walker écrit un roman épistolaire appelé The Color Purple soit la Couleur pourpre en français. Publié en 1982, il obtient le prix Pulitzer de la fiction un an plus tard et confirme le talent d’Alice Walker. Elle raconte l’histoire de Celie, une jeune femme noire, pauvre et sans éducation des années 30, vivant dans la campagne géorgienne. Violences, patriarcat mais aussi racisme et viol résument son existence. Au fil des pages, on découvre que l’amitié que Célie développera avec la maîtresse de son mari la rendra libre. Ce livre féministe est adapté par Steven Spielberg en 1985. Au casting ? Whoopi Goldgerg, Danny Glover, Margaret Avery ou encore Oprah Winfrey.

Elle était aussi journaliste

Dans les années 70, Alice Walker devient une éditrice de Ms.Magazine, créé par les féministes Gloria Steinem et Dorothy Pitman Hughe, et se retrouve plusieurs fois en couverture. Les thèmes du genre, la notion de race et la lutte des classes sont traitées de manière à sensibiliser les femmes mais aussi l’opinion publique. Elle coopère également à Freedomways, un journal politique et culturel axé sur la communauté africaine-américaine des années 1960-80.

 

Alice Walker
Crédit photos : Pinterest

Elle est activiste de première ligue

Plus jeune, Alice Walker a rejoint le Mouvement des droits civiques et a milité de nombreuses années contre l’apartheid en Afrique du Sud. Aujourd’hui encore, elle défend toute forme d’injustice :  la guerre en Irak, l’occupation israélienne en Palestine ou encore les mutilations sexuelles féminines. En raison de ses convictions, elle a refusé la réédition de La Couleur pourpre en Israël en 2012.

Elle a une relation compliquée avec sa fille Rebecca Walker

En 1967, Alice Walker épouse un avocat juif du nom de Melvyn Leventhal. Parce qu’ils n’avaient pas le droit de s’unir à cause de la loi anti-métissage, les deux mariés ont dû quitter le Mississippi. Menacé, harcelé, le couple a tenu jusqu’en 1976. De leur union est né une fille, Rebecca.

Née en 1969, cette unique enfant métisse est également écrivaine et militante comme sa mère. Elle a grandi entre le monde riche, conservateur et blanc de son père à New York, et celui de sa mère, avant-gardsite et multiracial, en Californie. Ce qui lui a permis d’écrire Black, White And Jewish (2000), un livre reconnu par la critique.

Dans une interview accordée au Dailymail, Rebecca Walker révèle les difficultés à vivre avec une mère aussi féministe que la sienne : « Petite fille, je n’avais pas le droit de jouer avec des poupées ou des doudous au cas où ils feraient ressortir un instinct maternel. On m’a inculquée qu’être une mère, élever des enfants et s’occuper d’une maison sont une forme d’esclavage. Avoir une carrière, voyager à travers le monde et être indépendante étaient ce qui comptait vraiment pour elle ».  Quand Rebecca a souffert de sa couleur de peau, a intégré l’université, a eu son premier enfant etc. Alice Walker n’était pas là.