video

Les 10 artistes africains qui ont fait le buzz en 2017

artistes africains

Leurs clips ont cumulé des dizaines de millions de vues sur Youtube, et ont été de toutes les bandes FM au Nigeria, Togo, Cameroun, en Côte d’Ivoire, ou encore en RDC. (Re)découvrez les tubes des artistes africains qui ont fait 2017 !

Tour d’horizon des artistes africains qui ont cartonné sur Internet cette année 2017 ! Si la naija pop domine encore largement le paysage musical à l’international, le coupé-décalé, les sonorités traditionnelles mâtinées de ndombolo et la rumba congolaise ne sont pas en reste. Et parviennent à fédérer un public francophone et anglophone !

Une industrie où les filles sont néanmoins sous-représentées. Malgré le succès de « Johnny » (2014), Yemi Alade a peiné à franchir la barre du million cette année avec « Charliee ». On ne comptera donc qu’une seule représentante de l’afro pop au féminin parmi le top 10 des artistes africains ayant fait le buzz cette année 2017 sur la toile…

Wizkid – « Come Closer » ft. Drake

En juillet 2017, l’ambassadeur de la naija pop dévoilait son troisième album, Sounds from the Other Side, signait sur une nouvelle écurie, RCA Records – une major qui compte quelques poids lourds de la pop music (Alicia Keys, ASAP Rocky, Sia et consorts) – et annonçait des featurings de taille avec les faiseurs de tubes du moment : Chris Brown, Major Lazer, Ty Dolla Sign… Sans oublier le Canadien Drake, avec qui il caracole en tête des vues sur Youtube depuis la sortie de « Come Closer ». Cette petite pépite sortie en mars 2017 a été de tous les charts internationaux (Canada, France, Pays-Bas, Suisse etc.), et frôle les 50 millions de vues sur Youtube : rien que ça !

Davido – « Fall »

En juin 2017, l’artiste – aujourd’hui signé chez Sony – sortait le banger « Fall » : une love song dopée au vocoder et aux afrobeats cumulant près de 38 millions de vues sur Youtube. Le chanteur et producteur né à Atlanta a bien fait de revenir au Nigeria. A 25 ans, il talonne le petit prince de la naija pop, Wizkid.

Fally Ipupa – « Eloko Oyo »

Digne représentant de la rumba congolaise, Fally Ipupa n’a rien à envier aux nouvelles coqueluches de l’afro pop anglophones. A bientôt 40 ans, il est le seul artiste francophone à dominer le paysage de la musique africaine en perpétuant les sonorités traditionnelles de la rumba et du ndombolo depuis 20 ans. Avec son titre « Eloko Oyo » extrait de son quatrième opus, Tokooos, il chatouille les 30 millions de vues sur la plateforme de streaming. Tandis que fin 2016, il cartonnait en featuring avec le rappeur Booba sur le morceau « Kiname » issu du même album.

Daphné – « Calée » 

Publié en mars 2017 sur Youtube, le morceau « Calée » de la chanteuse camerounaise née à Buéa – et ayant grandi à Douala – recense aujourd’hui 12.662.039 vues sur la plateforme de vidéos. Deux mois à peine après sa sortie, le tube se calait déjà en bonne position en dépassant la barre du million de vues. La belle a réussi à fédérer un public local, mais également venu du Kenya, du Togo, de la Guinée, Côte d’Ivoire, ou du Sénégal, et à dépasser les frontières du continent. Avec son mélange de langues retors, entre l’anglais et le français, Daphné a fait l’unanimité auprès de la jeunesse afro !

Olamide (Baddo) – « Wo !! »

Des « Wo » scandés toutes les trois secs sur fond de rythmiques afro dance, à mi-chemin entre la naija pop et l’azonto venu du Ghana, voilà la recette de ce hit en puissance. Il n’en fallait pas moins pour que la jeunesse s’empresse de bouger sur ce morceau ultra jouissif taillé pour les dancefloors. Un plaisir coupable impulsé dans un cool mélange de yoruba, pidgim et d’anglais ayant atteint plus de 10 millions de vues sur Youtube.

Toofan – « Ma girl »

Le tandem togolais initiateur du « cool catché » à ses débuts en 2005 a remis le couvert au printemps 2017 avec un nouveau hit calibré pour les chorés. Baptisée « Gné Bras », cette nouvelle danse illustrée dans le clip « Ma Girl » (7. 597 879 de vues), imaginée par Toofan en featuring avec le chanteur de reggae-dancehall nigérian, Patoranking, a fait remuer tous les Togolais !

Sidiki Diabaté – « Dakan Tigui »

2017 a été riche en projets pour le Bamakois. En tournée et promotion quasi toute l’année aux côtés de M pour le projet Lamomali, Sidiki Diabaté a trouvé le temps de défendre ses propres compostions et de lâcher, courant juin, un petit remix de son tube « Dakan Tigui » (plus de 5 millions de vues), sorti la même année. Riffs de kora harmonieux, envolées de cuivres et beats bien sentis, le fils prodige né dans une famille de griots réinvente la musique malienne en mêlant accents électro et sonorités organiques. Et réunit toute l’Afrique francophone et sa diaspora !

Kerozen – « Le temps »

Costume tiré à quatre épingles avec étiquette de sortie oblige, villas et grosses cylindrées, une vidéo « équilibre » à quelque 5 millions de vues pour le petit prince du coupé décalé ! « Le temps » de la frime, le « temps «  de l’enjaillement » en 4mn30 chrono.

Ferre Gola – « Jugement »

Un deuxième hit de rumba congolaise dans ce top 10 avec Ferre Gola, 41 ans, élu meilleur artiste africain au Canal 2’Or – cérémonie lancée par la chaîne de télé camerounaise éponyme – en mars 2017. Avec sa musique revival il assure la relève de feu Papa Wemba et autre Franco Luambo, mais non sans remous. L’année aura été agitée pour l’ex membre de Wenge Musica. Les clashs avec son rival de toujours, Fally Ipupa, et Koffi Olomide, l’ont même conduit en justice… Une guéguerre d’égo qui n’a pas empêché Ferre Gola de publier son propre « Jugement » avec près de 4 millions de vues de soutien !

Ariel Sheney –  « Ghetto »

Clipé à Akpakpa Plakondi, l’une des banlieues les plus sensibles de l’Afrique de l’Ouest située à Cotonou, Bénin, le morceau d’Ariel Sheney aux 2,9 millions de vues sur Dailymotion est un hommage à la jeunesse des quartiers. A l’origine publiée en septembre 2017 sur Youtube, la vidéo a été supprimée par DJ Arafat, fondateur du label Yorogang : étiquette que le chanteur ivoirien vient officiellement de quitter. Ce morceau s’affranchit du coupé-décalé et des clips vitrines parfaits pour offrir une ballade plus modeste dans le « ghetto »…