video

Vidéo du jour : Fatoumata Diawara, un clip poignant pour dénoncer l’esclavage

Fatoumata Diawara

C’est en réaction à la traite des migrants, réduits en esclavage en Libye, que la chanteuse malienne lance un cri d’alerte en musique.

« Tu t’en prends atrocement à mes frères, penses-tu que tu es supérieur à nous ? », chante Fatoumata Diawara en bambara sur « Djonya » (esclavage) : son nouveau morceau publié le 8 décembre en réaction aux atrocités commises sur les migrants.

Tourné au Mali, à Bamako, ce clip poignant shooté en noir et blanc révèle des pointes de rouges convoquant le sang de ceux que l’on martyrise. La conteuse malienne déclame ses mélopées et évoque la tragique réalité des migrants venus d’Afrique subsaharienne réduits en esclavage en Libye, vendus aux enchère sur les marchés, à cause de leur couleur de peau. Des conditions de vie qualifiées d’ « inhumaines » par la coopération de l’Union Européenne (UN).

« Il est grand temps que tout cela change. Nous sommes tous et toutes des êtres humains faits de chair et de sang. Si chaque individu est unique, tous les individus sont semblables. Vivre dans la diversité est une richesse insoupçonnable », rappelle ainsi à l’ordre l’artiste. Clairement investie dans la lutte contre la traite des migrants noirs, Fatoumata Diawara mène une campagne de sensibilisation depuis quelques mois, soutenue par quelques artistes comme Angélique Kidjo ou encore MC Solaar.

> Lire notre portrait de Fatoumata Diawara