article

Les différents styles de leadership

leadership

Contrairement au manager désigné par sa hiérarchie comme le chef d’un groupe, le leader dispose d’une autorité informelle au sein de l’entreprise. Il inspire, motive et entraîne les autres tout en dirigeant son équipe de plusieurs manières. Zoom sur ces différents styles de leadership.

Avoir du leadership n’est pas donné à tout le monde. C’est quelque chose qui s’apprend et se développe au fur et à mesure. Néanmoins, quelques qualités et compétences de base sont nécessaires à adopter pour être un bon leader.

Étant « le meneur » ou « le chef », le leader doit réussir à entraîner les autres dans sa vision en étant positif, empathique et prêt à prendre des risques. C’est lui le moteur au sein du groupe, il influence et fait force de propositions.

Si ces qualités sont communes à tous les leaders, aucun ne dirige de la même façon. En réalité, il n’existe pas de recette miracle pour être un bon leader car il n’y a pas qu’un seul leadership. Il y a des types de leaders et différents styles de leadership.

«Daniel Goleman – psychologue américain, ndlr, a conduit une recherche sur le leadership auprès de plusieurs milliers de dirigeants. A partir d’une analyse statistique, il a identifié six styles principaux de leadership » avait alors éclairé Guillaume Sennequier –  mari et associé de Patricia Sennequier, fondatrice de la structure Beautiful Soul – lors de la première édition du forum Les Héroïnes dédiée au leadership au féminin à Dakar.

 

Quel genre de leader(e) êtes-vous ? 

Premièrement, il existe le leader « directif ». « C’est celui ou celle qui dit à ses équipes ce qu’il faut faire. Il voit rapidement quand les choses ne vont pas, c’est à dire qu’elles ne sont pas faites de la manière dont il ou elle le souhaite » indique Guillaume.

Puis le « visionnaire », qui, comme son nom l’indique, a une vision claire et fait en sorte que l’équipe fasse de cette vision une réalité. Il entraîne tous les collaborateurs dans ce projet commun.

Il est différent du leader « affiliatif » pour qui « les relations humaines passent avant tout le reste ». On le caractérise par sa loyauté et son attachement fort à son équipe.

Le leader « démocratique » veille à ce que toute l’équipe soit bien en phase avec ses décisions futures comme présentes. « Il passe donc beaucoup de temps à discuter avec les différentes parties prenantes. L’avantage, c’est que lorsque la décision est prise, l’exécution va plus vite car tout le monde est aligné », constate Guillaume.

Motivé par la croissance professionnelle de son équipe, le leader de type « mentor »  connaît les atouts de chaque membre de son équipe, les place à des postes stratégiques et leur donne des missions bien définies. « Il s’investit dans leur développement à long terme, quitte à ce que les performances à court terme soit légèrement moins bonne ». Une gérance contraire à celle du leader « métronome » qui « a un niveau de standard très élevé ».

Tous ces types de leadership sont adaptés à un contexte particulier et ont tous des points négatifs et positifs. Par exemple, un leader de type « démocratique » est vraiment efficace quand il est responsable « d’une équipe où les gens sont seniors dans leur job, et ont un vrai niveau de technicité » fait savoir Guillaume. Alors que « le ‘directif’ est particulièrement adapté aux situations de crise, par exemple quand une entreprise est au bord du dépôt de bilan et qu’il faut prendre des décisions immédiates et difficultés ».

Un leader ne sera jamais que « directif » ou « démocratique ». En fonction du contexte, il peut être amené à adopter un autre style de leadership. De plus, ces 6 types ont une incidence plus ou moins forte selon l’entreprise et le pays.

 

Envie d’aller plus loin en participant à 1 journée exceptionnelle de formation, de conférences, de débats et de networking autour du leadership féminin ? Rendez-vous au Forum les Héroïnes