article

Miss Cameroun France : Madeleine Autet et ses nouvelles ambassadrices du Cameroun

miss cameroun france

Elle défend bien plus qu’un concours de beauté. Pour Madeleine Autet, Miss Cameroun France est l’occasion pour la jeunesse de la diaspora de renouer avec son pays d’origine.

Miss Togo diaspora, Miss Côte d’Ivoire France, Miss Cameroun France… Les concours de beauté réservés à la communauté africaine de France sont légion en marge du concours historique.

Certains y voient des plateformes de promotion des cultures du continent. C’est le cas de la cinéaste passionnée d’événementiel, Madeleine Autet, à l’initiative de Miss Cameroun France depuis 2015, également créatrice de l’association Probec (Promotion des cultures et des beautés camerounaises). La prochaine édition se tiendra le 24 juin prochain au Théâtre de la Comédie de Paris. Entretien.

Vous dites vouloir promouvoir les beautés et cultures camerounaises. En quoi la formule du concours beauté était-elle selon vous la plus pertinente ?

En marge des défilés des candidates, nous mettons en valeur des artistes camerounais, mais aussi maliens etc., en organisant des concerts et spectacles pendant l’événement. Cette année, il y aura par exemple la chanteuse Patricia Essong. Par le biais de nos partenariats, nous valorisons les entrepreneurs dans le secteur de la beauté. On veut montrer que les gens ici font des choses et qu’ils le font bien !

J’ai envie de donner aux gens l’envie de découvrir le Cameroun. D’ailleurs, le public est diversifié, on y retrouve des Sénégalais, Maliens, des Français…

Miss France est une institution. A quels enjeux culturels répondez-vous en organisant un concours communautaire ?

Je me suis posée la question au moment de la création du concours. Il y a en effet beaucoup de compétions dédiées à la diaspora… Or, il faut savoir que les Miss africaines ne viennent pas en France. Les jeunes filles nées en France ou y ayant grandi ont elles aussi besoin de modèles. Ces jeunes femmes ne connaissent pas ou peu leur pays d’origine. Cet événement est aussi un moyen de les ramener à la source – d’autant qu’au Cameroun on ne peut pas bénéficier de la double nationalité – de leur transmettre une partie de leur culture, parce qu’on a tendance à perdre nos valeurs aujourd’hui.

Je connais des jeunes qui ne savent pas parler leur langue, qui ne connaissent pas tel artiste etc. Une élection de miss comme celle-là a pour but d’amener les jeunes femmes à être aussi des ambassadrices du Cameroun, capables de vendre et de donner envie aux autres de venir au Cameroun. On a une richesse, à nous de la valoriser. Et de faire prendre conscience aux filles de la réalité sur le terrain.

Après l’élection, on organise un voyage humanitaire au Cameroun, et ce n’est pas un séjour facile ! On va au fin fond des villages où il n’y pas d’électricité, où les enfants n’ont même de bancs sur lesquels s’asseoir à l’école… Il y a une prise de conscience chez les filles.

Quel type de causes humanitaires défendez-vous avec Miss Cameroun France ?

Nous sommes en partenariat avec plusieurs associations qui œuvrent au Cameroun, comme Team (Touche l’Espoir Pour un Avenir Meilleur).

Notre première miss avait choisi le domaine de la santé avec la lutte contre la drépanocytose. On est allées dans des hôpitaux au Cameroun pour fournir en médicaments etc. La deuxième miss était sur la sensibilisation aux réseaux sociaux. Autrement, l’éducation et la jeunesse font parties des principales causes défendues.

miss cameroun france
Ela Mvolo Evina Alegue – Miss Cameroun France 2017

Concours de beauté et féminisme sont-ils compatibles selon vous ?

Quand on fait la démarche de devenir miss, on est d’ores et déjà un modèle pour la génération de demain. Raison pour laquelle les esthétiques importent peu finalement. Nous sélectionnons des jeunes filles étudiantes et porteuses de projets. La miss 2017, Ela Mvolo Evina Alegue, est en 4e année d’école d’ingénieure par exemple. Et elle est parvenue à concilier ses études et ses engagements de reine de beauté. J’ai envie de mettre en avant une femme intelligente, dynamique et responsable.

Je fais avant tout un événement sur et pour les femmes. On met en avant des femmes porteuses de projets, qu’on accompagne vers la responsabilisation. Je veux mettre en avant l’image d’une femme battante, active, pleine d’esprit. On les amène à se focaliser sur ce qui peut aider à l’émancipation des femmes et faire changer les choses. De nombreux projets portés par les miss sont axés autour de la contraception des grossesses précoces au Cameroun. Et on espère aller plus loin.