article

Marc Jacobs et les locks de ses mannequins créent la polémique à la New York Fashion Week

Défilé marc jacobs controversé

Quelques instants après le coup d’envoi du défilé et la mise en ligne des photos backstage sur Instagram, Marc Jacobs s’est heurté au mécontentement de certaines fashionistas . En cause : les dreadlocks portées par les modèles.

Marc Jacobs Daisy Trio at #MJSS17 🌸 #MarcJacobsFragrances

A photo posted by Marc Jacobs (@marcjacobs) on

La limite entre l’expression artistique, politique et culturelle est de plus en plus trouble. Marc Jacobs en a fait les frais lors de son défilé clôturant la fashion week de New York. Les modèles y portaient de magnifiques dreadlocks aux multiples couleurs pastel, ainsi que des tenues inspirées des années 80. Mais les fashionistas issues de la communauté noire ne se sont pas attardées sur les tenues, mais bien sur la coiffure qu’elles ont jugé appartenir à la culture rastafari, et donc à l’héritage des coiffes afro.

Or, selon l’équipe de Marc Jacobs, le style capillaire est un clin d’œil à Lanan Wachowski, qui a récemment posé pour une des campagnes du designer. « Nous avons également regardé d’autres filles qui étaient inspirantes pour Marc, et d’autres types de cultures, comme celle de la rave, des boites de nuits, du acid house, Boy George et Marilyn » a déclaré le coiffeur Guido Palau en backstage. Des références directement inspirées des Harajuku Girls (Japon), ou du « London in the 80’s ». Manquent toutefois celles de la communauté noire, selon les internautes.

Beaucoup ont reproché au deisgner de ne pas avoir engagé assez de modèles noires avec de vraies locks, mais également d’avoir engagé Jena Counts, une vendeuse « blanche » sur Etsy basée à Jacksonville en Floride, pour lui fournir des fausses dreadlocks en laine.

Au vu des commentaires négatifs, Marc Jacobs qui est ouvert au dialogue sur l’appropriation culturelle, ne s’est pas démonté et a livré une réponse des plus explicites sur Instagram.

« […] Je respecte et est inspiré par les gens et à quoi ils ressemblent. Je ne vois ni couleur ni race – je vois des personnes. Je suis désolé de lire que tant de personnes sont fermées d’esprit… L’amour est la réponse. La reconnaissance de tous et l’inspiration de partout est une très belle chose. Pensez-y ».

« J’ai lu tous vos commentaires … Et je vous remercie d’avoir exprimé vos sentiments. Je m’excuse pour le manque non intentionnel de sensibilité […]. Je crois de tout mon cœur à la liberté de parole et d’expression à travers l’art, les vêtements, les cheveux, la musique… TOUT. Bien sûr que je « vois » les couleurs mais je NE discrimine PAS. C’EST UN FAIT. S’il vous plait, continuez à exprimer vos sentiments librement mais faites-le gentiment. On ne gagne rien à répandre la haine en insultant et intimidant. » a-t-il fini par déclarer sur son compte.

Ce n’est pas la première fois cette année qu’un designer semble froisser la sensibilité de la communauté noire. Phillipe et David Blond, les designers de The Blonds, s’étaient également heurtés à des critiques négatives lors de leur défilé à la Fashion Week de New York en février, pour les mêmes raisons.

Défilé The Bonds NYFW - Fall Winter 2016
Défilé The Bonds NYFW – Fall Winter 2016 ©heblonds.nyc