article

Inna Modja, marraine de la Maison des Femmes de Saint-Denis

Inna Modja marraine de la maison des femmes de Saint Denis

Ce soir, 26 septembre, se tiendra la soirée « Ensemble pour la Maison des Femmes » au Théâtre Déjazet, à Saint-Denis avec la marraine Inna Modja.

Inaugurée en juin 2016 et ouverte le 11 juillet dans la commune de Saint-Denis (93) au cœur de l’hôpital Delafontaine par la gynécologue Ghada Hatem-Gantzer, la Maison des Femmes peut accueillir entre 50 et 80 femmes en situation de précarité.

Inna modja la marraine de la maison des femmes

La chanteuse et mannequin malienne, Inna Modja, marraine du projet, est très impliquée dans le combat pour les droits des femmes. Elle lutte particulièrement contre la pratique de l’excision dont elle a elle-même été victime à 5 ans. « Je me suis battue pour m’en guérir. D’abord en faisant appel à de la chirurgie réparatrice, puis pas-à-pas, j’ai trouvé l’énergie pour devenir une femme » a-t-elle déclaré lors de l’inauguration. Elle dirigera temporairement un groupe de parole dédié aux personnes qui en ont été les victimes de près ou de loin.

Inauguration maison des femmes inna modja marraine

A Saint-Denis, où consulte la gynécologue, environ 14% des femmes qui accouchent ont été excisées.  Des sexologues, chirurgiens et psychologues accompagneront les femmes victimes d’excision dans leur reconstruction. Ce cocon aux couleurs chatoyantes accueille également un planning familial pour proposer des consultations aux femmes victimes de violences sexuelles et conjugales, ayant besoin d’une IVG ou d’un suivi de grossesse. « Les femmes qui habitent en Seine-Saint-Denis sont souvent issues de familles traditionnelles. Ainsi, elles sont attachées à leurs cultures d’origine, à leurs clans. Et les problèmes qu’on rencontre dans ces familles explosent en Seine-Saint-Denis, car c’est un département où il y a énormément de pauvreté » constate Ghada Hatem-Gantzer.

Un lieu sans tabous et de refuge

Maison des femmes seine saint denis

« La Maison des Femmes va permettre de rendre de la dignité à des femmes qui en ont besoin, c’est une sorte de refuge pour elles. Il faut imaginer ce lieu comme un outil qui peut aider les victimes à sortir de situations terribles » a déclaré Inna Modja lors d’une interview pour Cheek Magazine. Depuis son ouverture, la structure croule sous les arrivées et les demandes de ces femmes qui arrivent chargées d’un passé plus sombre que ses murs, véritable bulle sécurisante, loin de l’image des chambres d’hôpital impersonnels et froides. Ghada Hatem-Gantzer se demande « comment certaines font pour être encore debout ».

La maison des femmes à saint denis à l'hopital delafontaine

 

De plus, la gynécologue organise des groupes de parole pour faire évoluer les mentalités. « J’aimerais faire comprendre aux femmes que la virginité forcée ne peut pas être un projet de vie. Je veux qu’elles se libèrent, je veux que les jeunes femmes puissent se marier avec qui elles veulent » affirme-t-elle.

Soirée « Ensemble pour la Maison des Femmes »

Flyer soirée de soutient de la maison des femmes à saint denis

En l’honneur des femmes et de cette nouvelle maison, une soirée « Ensemble pour la Maison des Femmes » est organisée ce soir, le 26 septembre, au Théâtre Déjazet (Paris 3e), à 20h30. Présentée par Elizabeth Quin, la soirée regroupera un grand nombre d’artistes bénévoles de tous horizons, comédiens, chanteurs, danseurs. Cette soirée en présence d’Inna Modja, permettra de soutenir la Maison des Femmes de l’hôpital Delafontaine. Mathilde Delespine, Sage-femme Coordinatrice du projet espère obtenir plus de visibilité par le biais de cette soirée, et attirer l’attention des dirigeants afin d’obtenir plus de financements.

Aujourd’hui, en 2016, une femme sur 3 a déjà été victime de violences, en France, une femme décède tous les 3 jours sous les coups de son conjoint, 720 millions de filles sont victimes de mariages précoces, et près de 130 millions de femmes ont été victimes d’excision.

La Maison des Femmes

Inna Modja